La guadeloupéenne : qui est-elle ?

Ce post va répondre à cette fameuse question de macrelle (oups!) mais aussi utiliser du vocabulaire de description. C’est tout bénèf’

Levez la main ceux qui parmi vous qui ont pensé à la fameuse biguine composé par Abel Beauregard 🤚 ? Cet hymne à la femme guadeloupéenne : belle et fière.

La guadeloupéenne est noire à peau claire, peau foncée, peau rouge. Elle est aussi indienne, blanche, métissée, asiatique, syrienne ou libanaise. Elle a des origines variées.

La guadeloupéenne est jeune, la guadeloupéenne est âgée.

La guadeloupéenne est grande, petite, mince, pulpeuse. Elle a les yeux clairs, elle a les yeux foncés. Ses cheveux sont longs, courts, bouclés, frisées, crépus, lisses. Elle porte aussi bien l’afro, les tresses, le maré tèt que le brushing et les tissages (eh oui je vous vois !).

“ Lagwadloupéyèn sé on ti flè, sé on ti pòpòt doré.”
ABEL BEAUREGARD

La guadeloupéenne a du caractère, tantôt extraverti tantôt introverti. Elle est fière, elle est intelligente, elle est drôle, elle est rayonnante, elle est travailleuse, elle est amoureuse, elle est déterminée et ambitieuse. Elle s’emporte souvent mais son moteur c’est l’amour.

La guadeloupéenne aime danser, wyner, cuisiner, sortir, étudier, voyager. La guadeloupéenne s’habille sexy, moderne ou classique. Elle porte du wax, du madras.

La guadeloupéenne aime son île, la guadeloupéenne est globe-trotteuse.

La guadeloupéenne vibre quand elle entend le zouk, le gwo-ka, la dance-hall, le bouyon, la biguine elle aime la musique.

Vous l’aurez compris la guadeloupéenne c’est vous, c’est moi. C’est un état de cœur et le sentiment d’être chez soi. C’est une complicité entre une communauté qui partage les mêmes valeurs, les mêmes anecdotes savann, les mêmes expressions et une histoire commune.