Story-time #1 : Un doux retour aux saveurs amères by 3wildsoul

En pleine période charnière, j’ai choisi de vous proposer cet storytime en deux parties de mon amie-sœur, 3wildsoul.

Nous sommes en plein mois de juin, pile neuf années en arrière, alors que mon île est en pleine
effervescence dû aux grandes vacances.

Entre les fêtes à la plage, l’arrivée des vacanciers et les soirées pour fêter le baccalauréat, mon cœur vibre et se serre en même temps. Pourquoi ? Le bac, ce st Graal tant convoité, est enfin en poche !

Il symbolise tellement de chose à cet âge. J’étais à un vrai tournant dans ma vie. Moi qui avais
tellement hâte avais de découvrir de nouveaux horizons. Moi qui avais tellement hâte de quitter ce petit papillon des caraïbes.

Pour commencer ma vie d’adulte, j’ai choisi le pays du sirop d’érable. Plus la date du grand départ
approchait, plus mes journées avait une résonance différente. Je voulais m’imprégner de chaque
visage, de chaque paysage, de chaque odeur et chaque saveur. Le jour J, je me suis promise de
revenir :

« Karukera mon amour, je reviendrai. »

Après une année extraordinaire passé au Canada, remplie de belles rencontres et d’expériences
inoubliables. Je pars découvrir l’hexagone, et ponctuellement d’autres contrées. J’ai toujours prôné la
liberté avec un grand « L ». Liberté de penser, de s’exprimer, de voyager et de choisir. Alors oui,
j’étais libre ! Tellement libre que j’ai mis cinq ans avant de retourner au pays. J’avais déjà compris
que chaque vrai voyage, où tu prends le temps de tisser de vraies liens, pouvait entièrement changer ta vision du monde et de la Vie. J’avais donc hâte de retourner à moi chez moi originel.

Curieuse de voir comment j’allais vivre ce statut de vacancière.

Qu’est-ce qui avait changé, entre les paysages, la mentalité, les liens familiaux et amicaux ?
Je m’étais promise de ne jamais faire partie de ces personnes hautaines, qui plus pètent plus haut
que leur c*l, parce-qu’elles ont vécu ailleurs. An sé moun Gwadloup, pwen !

Sans surprise, ce retour fût intense !

Les paysages avaient changés et bien plus encore ! Cependant, les liens authentiques du cœur
n’avaient pas bougés.

Pendant ce séjour, j’ai été consommatrice. J’ai visité non-stop les lieux touristiques, fréquenté non-stop les bars restos etc. Les derniers jours, j’ai enfin pris le temps pour le plus important. Entre les grandes discussions avec ma mère, et du temps passé seule dans la Nature, j’ai ressentie au plus
profond de moi, qu’il fallait que je m’imprègne à nouveau de mon île.

Il fallait que j’y repose mes valises un bon temps, car j’étais entrain de rater des choses que je ne saurai expliquer, mais cet appel à résonné au plus profond de mon âme. Cette fois-ci, mon cœur fût mon léger au départ. Mon papillon me voulait, pour plus que des vacances.

(Suspens… !)

Découvrez la partie 2 : le retour en Guadeloupe.